ELKOST International Literary Agency

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

L’écrivaine russe Ludmila Oulitskaïa décorée de la Légion d’honneur

E-mail Print PDF

http://www.rfi.fr/culture/20141201-ludmila-oulitskaia-legion-honneur-ecrivaine-russe/

L'écrivaine russe Ludmila Oulitskaïa décorée de la Légion d'honneur
Par Muriel Pomponne

C'est à Moscou que Ludmila Oulitskaïa est devenue officier de la Légion d'honneur. Avant cette cérémonie qui s'est déroulée le vendredi 28 novembre, l'œuvre de l'écrivaine russe, traduite en plus de 30 langues, a déjà été distinguée plusieurs fois en France, notamment avec le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes en 2011 et le prix Médicis étranger, décerné pour son roman « Sonietchka », en 1996. Née en 1943 en Russie, elle a été une des rares intellectuelles à ne pas céder aux sirènes du nationalisme et à se montrer critique à l'égard de la politique actuelle du pouvoir.

Celle qui n'a jamais craint d'exprimer haut et fort ses opinions de femme libre avait la larme à l'œil quand la Légion d'honneur a été épinglée sur sa robe. « Je suis très reconnaissante à la France, qui d'une certaine façon m'a fait connaitre. Mon premier livre est sorti en France, traduit en français, un an avant d'être édité en Russie. Mon premier grand prix littéraire a été le prix Médicis, octroyé par la France. Donc les débuts de mon succès littéraire et de ma carrière littéraire sont liés à la France. »

« Écrivain engagé », Ludmila Oulitskaïa ne renie pas l'appellation, elle qui a entretenu une correspondance avec le prisonnier Mikhaïl Khodorkovski, elle qui n'a pas applaudi quand la Crimée a été annexée, et dont le dernier Roman Le chapiteau vert, rend hommage aux dissidents de l'époque soviétique.

« En Russie il y avait une tradition ancienne de grand respect à l'égard des écrivains, considérés comme des maîtres à penser. Mais aujourd'hui, l'écrivain n'a plus ce rôle. La position inférieure de l'artiste à l'égard du pouvoir est une situation très caractéristique d'un État totalitaire et autoritaire. Donc plus il y a de liberté, plus libre est l'artiste. Plus libre est l'artiste, plus libre est le pays. Ce n'est pas une question purement russe, c'est un problème dans plusieurs pays du monde. Et je serais ravie que le niveau de cette liberté augmente. Pour l'instant ce n'est pas le cas. »

Les livres de Ludmila Oulitskaïa sont édités en français chez Gallimard.

 

 

 
Facebook Twitter Youtube Google Bookmarks Tumblr Reader